Jeanluc Christin

Toutes mes réponses sur les forums

Vous lisez 9 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #1596
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Je réponds sur la raison d’être. Nous avons apparemment deux points de vue, mon but n’est pas particulièrement de les réduire à un seul.

      Si je me réfère à un auteur que tu cites dans ton article, Frédéric Laloux, sa définition de la raison d’être est quelque chose que l’on ressent comme étant ce que l’organisation veut être et offrir au monde. (https://youtu.be/BSA8dyz8ccE à une minute). C’est aussi quelque chose qui guide les décision de faire ou pas quelquechose (2’45 »).

      La question est comment la définir et l’actualiser ?
      Gouvernance cellulaire propose un mode circulaire : chacun ressent ce que la raison d’être devient en réalité et peut proposer une évolution aux décideurs.
      La décision sera prise par le cercle ancrage comme dans toute organisation, voire par le rôle lead du cercle ancrage.

      La question que tu poses est relative à la possibilité de chacun de réfléchir à la raison d’être. Tu précises que l’humain  » n’est pas là pour s’exprimer dans toutes ses potentialités. »
      Je suis d’accord avec cela. L’intention de gouvernance cellulaire est que chacun choisisse en conscience ce à quoi il renonce en restant dans la structure. C’est pourquoi cette dernière doit répondre soit « OK » soit « non, votre proposition est un autre projet ».

      Quel bénéfice ?
      – pour les membres je l’ai nommé ci dessus. (choisir en conscience)
      – pour la structure : Je me base sur tes exemples.
      Dans le restaurant, si des serveurs se rendent compte que les clients demandent de plus en plus de veggie et que certains vegan font des réflexions sur le fait que le restaurant sert des plats carnés, il sera utile que l’info remonte, par exemple par un serveur qui proposera une raison d’être purement vegan. Les décideurs pourront répondre « non, ce n’est pas le projet », ou « nous allons faire évoluer la raison d’être pour intégrer plus de veggie » ou « ok pour du vegan ». Au serveur ensuite de décider si la réponse est compatible avec ce qu’il souhaite faire de sa vie.
      Dans le couple, si l’un veut des enfants l’autre pas, il est necessaire de questionner le projet commun, la raison d’être du couple. S’il s’agit de fonder une famille ou pas. Cela aboutira peut-être à une séparation parce que les projets sont trop antinomiques.

      En conclusion, Je trouve sain ce que tu nommes : »que l’homme qui aspire à s’intégrer dans quelque chose qui le dépasse […] renonce à certaines chosese ». Mais il me semble malsain que le système l’amène à renoncer à certaines choses sans s’en rendre compte.

    • #1583
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Bonjour et merci de ces questionnements.

      Je répond sur la souveraineté : elle a toujours été centrale dans le référentiel gouvernance cellulaire. Je crois que nous disons la même chose.

      La constitution renvoit à cette vidéo de deux minutes hyper explicite : https://youtu.be/8T7aMMD4mu8

      Le principe de souveraineté est décrit depuis les premières versions, et précise
      « Chacun décide en son for intérieur des actions les plus pertinentes à mettre en place pour remplir ses rôles. Chacun décide en particulier de sa liste de priorisation, de sa présence dans une réunion ou ailleurs ».
      La brique responsabilité de membre insiste : « Chacun examine régulièrement les prochaines actions utiles à ses rôles et déclenche celle qui lui parait apporter le plus. Il a autorité pour ce choix lié à ses rôles. Il ne peut pas exercer de contrôle sur un autre rôle ».

      Donc, rien n’a changé de ce point de vue dans le référentiel, peut-être la dernière vidéo que tu as vue est-elle plus claire, tant mieux. La communication s’améliore.

      Le sujet de l’évolution de la raison d’être n’a pas bougé non plus depuis les premières versions, mais il mérite un plus long développement car nos points de vues semblent distincts. Je reviendrai pour ce sujet

    • #1098
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Le prochain temps de conversation sur le net aura lieu le 09 mai à 18:00

      Participer à la réunion : https://zoom.us/j/7445925482

      – thème 1 : Vocabulaire, des changements à proposer et les mots à inclure dans le glossaire

      – thème 2 : Comment créer les conditions les plus favorables possibles pour qu’une prise de décision collective soit suivie d’un niveau d’adhésion et de mise en oeuvre suffisant ?
      Focus sur la proposition de brique « PREAM-BULLE » par Yann Crespel et Jeanluc Christin pour la version 2.1

    • #1097
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      A vous lire, je suis totalement d’accord : il y a effectivement un manque de procédure dans certains processus 🙂

      Je ne sais pas vers quoi nous irons mais voici d’où nous sommes parti :

      L’idée était qu’une organisation qui a besoin d’activer une brique (frustration pour rester sur cet exemple) se réunit, réfléchit, crée la façon dont cela prendra forme chez elle.
      Si je pousse jusqu’à une proposition V1 pour illustrer, cela donnerait « on se rappelle de temps en temps qu’il est normal de devoir composer avec nos frustrations, que c’est difficile, que cela atteint nos limites à un moment donné et que choisir de faire avec ou selon ces frustration fait partie de nos redevabilités. »

    • #1096
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Le prochain temps de conversation sur le net aura lieu le 09 mai à 18:00

      Participer à la réunion : https://zoom.us/j/7445925482

      – thème 1 : Vocabulaire, des changements à proposer et les mots à inclure dans le glossaire

      – thème 2 : Comment créer les conditions les plus favorables possibles pour qu’une prise de décision collective soit suivie d’un niveau d’adhésion et de mise en oeuvre suffisant ?
      Focus sur la proposition de brique « PREAM-BULLE » par Yann Crespel et Jeanluc Christin pour la version 2.1

    • #1093
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Le prochain temps de conversation sur le net aura lieu le 09 mai à 18:00

      Participer à la réunion : https://zoom.us/j/7445925482

      – thème 1 : Vocabulaire, des changements à proposer et les mots à inclure dans le glossaire

      – thème 2 : Comment créer les conditions les plus favorables possibles pour qu’une prise de décision collective soit suivie d’un niveau d’adhésion et de mise en oeuvre suffisant ?
      Focus sur la proposition de brique « PREAM-BULLE » par Yann Crespel et Jeanluc Christin pour la version 2.1

    • #1012
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Bonjour,

      De mon coté j’ai quasiment l’impression inverse (j’ai l’impression que l’efficacité du collectif est privilégiée par rapport au prendre soin des personnes)

      – la brique « plan B » permet à n’importe quel membre de privilégier l’efficacité au fait de ne pas blesser celui qui ne fait pas le job,
      (celui ci est informé qu’une solution est cherchée ne passant pas par lui, mais rien d’autre n’est fait pour le préserver)

      – la brique choix_responsabilité ramène explicitement chacun à assumer ses responsabilités

      Le fait qu’il y ait des possibilités pour chacun d’exprimer ses tensions relationnelles ou éthiques ne donne pas, dans ce que j’en ai vu, la possibilité d’une « prise de pouvoir individuelle sur l’organisation »
      J’entends la peur, elle m’intéresse.
      Aurais tu un exemple même imaginaire de ce qu’il pourrait se passer ?

    • #1009
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Bonjour Emmanuel, et merci pour tes questions,

      Comme il y en a deux, je vais proposer deux réponses. Ici la comparaison DIC (Décision inéluctable par consentement) et PDI (Processus de Décision Intégrative j’imagine, est ce cela ?)

      Si c’est bien cela, la comparaison est avec la constitution holocracy et son processus de la réunion de gouvernance.
      Cette réunion est nommée ici réunion de réorganisation.

      Le process par consentement de la réorg est quasiment celui du PDI :

      « Process par consentement
      Le facilitateur distribue la parole selon les étapes suivantes :

      Proposeur, quelle est la proposition V1 et la tension qu’elle réduit ?
      Le facilitateur enchaine sur le process Gestion Par Consentement à partir de la « proposition V1 »

      Il n’y a pas les phases préliminaires.

      En complément de cette réponse, une précision : la décision inéluctable par consentement peut être choisie pour n’importe quelle décision qu’une équipe doit prendre.
      Pour donner un exemple concrêt : « quelle réponse allons nous apporter à l’arrivée d’une loi qui impacte notre travail ?  »
      Dans un cas comme celui ci, les étapes préliminaires ont une véritable plusvalue.

    • #982
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Comme Virginie je pense qu’on ne peut pas forcer quelqu’un à participer à une réunion de régulation, je pense même qu’on n’a pas à forcer qui que ce soit à quoi que ce soit s’il ne consent pas.

       » Quid si le proposant de la réunion se retrouve seul ? »

      Dans ce cas le proposant vient de faire une boucle itérative, il a tenté quelque chose. Au vu du résultat, il a à décider de ce qu’il va faire dans la prochaine boucle.
      Soit en continuant à essayer de prendre soin de la relation comme le propose Virginie soit sans : acter que la discussion n’a pas été possible et décider de la suite en assumant que la relation telle qu’elle est.

    • #975
      Jeanluc Christin
      Maître des clés

      Si la réunion de sens (le nom « réunion d’inspir » été changé) n’apparaissait pas dans les éléments cœur constitutionnels,
      on retomberait dans le concept de pensants et des faiseurs.
      La réunion de sens serait réservé à certains (cercle d’ancrage par exemple) et les autres n’auraient pas de moyens prévus pour vivre ce temps de connexion à l’intuitif et au réel.

      Or, c’est une caractéristique humaine fondamentale, existentielle, de manifestation du vivant en soi, différente de ce qu’éprouvent les autres.

      le choix est de sanctuariser la capacité de chacun de ressentir la raison d’être de son rôle, de son cercle et de sa structure et de lui donner les moyens d’agir en proposant une évolution.

Vous lisez 9 fils de discussion

Pin It on Pinterest