Centré sur l'humain ou l'organisation ?

Accueil Forums Questions théoriques Centré sur l'humain ou l'organisation ?

Ce sujet a 2 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Jeanluc Christin, il y a 8 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #962

    Emmanuel Levard
    Participant

    Bonjour,

    J’ai le sentiment qu’il y a une plus grosse attention qui est placée sur le fait de ne blesser personne au détriment de la gouvernance de l’organisation. Je n’ai pas le sentiment que cette approche « human-centered » préserve l’organisation d’une prise de pouvoir individuelle. Qu’en pensez-vous et en quoi la constitution permet-elle de faire face à cette problématique ?

  • #977

    Virginie Angove
    Participant

    Bonjour,
    Pour moi un bel équilibre peut être trouvé dès lors que différentes réunions, rôles et briques sont utilisés à bon escient et au bon moment. Plus précisément, la réunion tactique permet de révéler les tension et de prendre les actions utiles pour les lever. Mais une personne peut prendre le pouvoir en prenant une action et en ne la mettant pas en oeuvre concrètement.
    Dans ce cas de figure, plusieurs options possibles (non exhaustives):
    – si une tension sous-jacente relationnelle existe empêchant l’action, essayer une réunion de régulation
    – il peut être demandé au lien lead (ou tout autre personne qui énergiserait la redevabilité) d’actualiser les priorités stratégiques
    – utiliser la brique séparation

  • #1012

    Jeanluc Christin
    Admin bbPress

    Bonjour,

    De mon coté j’ai quasiment l’impression inverse (j’ai l’impression que l’efficacité du collectif est privilégiée par rapport au prendre soin des personnes)

    – la brique « plan B » permet à n’importe quel membre de privilégier l’efficacité au fait de ne pas blesser celui qui ne fait pas le job,
    (celui ci est informé qu’une solution est cherchée ne passant pas par lui, mais rien d’autre n’est fait pour le préserver)

    – la brique choix_responsabilité ramène explicitement chacun à assumer ses responsabilités

    Le fait qu’il y ait des possibilités pour chacun d’exprimer ses tensions relationnelles ou éthiques ne donne pas, dans ce que j’en ai vu, la possibilité d’une « prise de pouvoir individuelle sur l’organisation »
    J’entends la peur, elle m’intéresse.
    Aurais tu un exemple même imaginaire de ce qu’il pourrait se passer ?

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Me connecter

Pin It on Pinterest

Share This